Le Hayek nous ai parvenue de l’Andalousie bien avant 1492 et se propagea dans tout le grand Maghreb après la chute de Grenade avec l’arrivé des Andalous, on le voit bien apparent la ou se sont installés dans, l’Oranie, la médina d’Alger, la Mitidja, Blida Médéa et en Tunisie.

C’est une tenue vestimentaire traditionnelle Andalouse, portée par la femme Algérienne couvrant sa forme et ses tenues internes en sortant de chez elle, par conviction et foi religieuse islamique.

El Hayek est une étoffe, un bout de tissu qui cache la tête, le visage et le corps des femmes.

Dans le dictionnaire des sens des mots arabe « Kamous Al Ma3ani » le mot Hayek se donne pour un tissu que la femme maghrébine porte pour se couvrir la tête le visage et tout le corps.

Il était répandu dans toute l’Algérie et le grand Maghreb, il est toujours porté par les vielles femmes dans les villages lointains des grandes villes.

Le Hayek change de nom et de forme et la façon de le porter selon les régions, c’est le « Hayek, l’Eksa, Melhafa et Safsari ».

Il est nommé « El Hayek ou Haïk » dans l’Algérois et ses environs.
A l’ouest de l’Algérie on le nomme « El Ksa » de l’arabe « El Kisaa ».
Il porte parfois le nom de « L’Haf » de l’arabe « Milhafa ».

On retrouve le vrai sens du mot « Hayek » provenant de sa source du verbe arabe « HAKA » tisser , d’où ce tissu qui couvre la femme.

Le Hayek est répandu sur tout le territoire Algérien à l’est, il était de couleur blanche mais après l’assassinat de Saleh Bey selon l’histoire populaire, les femmes ont portées le deuil en transformant la couleur du Hayek au noir et qui porte le nom de « MLAYA » cette histoire n’a jamais été authentifié par les historiens.

Durant l’ère coloniale et même après l’indépendance le « Hayek » avait bien gardé sa présence et existence.

Sa disparition est survenue durant la décennie noir ou la société féminine Algérienne a opté au « Hdjab » une tenue islamique importé des pays du golf, de l’orient et du Pakistan au détriment du Hayek tenue islamique Algérienne appartenant au patrimoine local d’El Djazaïr Al Mahroussa et de son histoire. Et depuis… un changement socioculturel avait affecté le style vestimentaire des femmes et même celui des hommes.

Styles et modèles du Hayek

Hayek « M’Rama » : d’une haute qualité, très raffiné à base de fils de soies pures ou de la soie avec du lin ou des fils de laines de luxe.

Ce Hayek était porté par les femmes nobles d’Alger et de ses environs pour se démarquer des autres femmes, c’était un élément vestimentaire féminin de riches.

Il parait qu’il n’était pas tisser en Algérie mais importé de Tunisie en majeure partie d’où les maitres d’œuvres de ce tissus.

Hayek « Al 3ach3achi (aachaachi) » : Il était porté par les femmes de Tlemcen au quotidien et fabriqué et tisser aussi à Tlemcen, il portait de fines rayures jaunâtres ce qui le différencia du « Hayek M’rama » Algérois pur blanc.

Hayek « Sefsari » : Il était réservé à la femme de l’est Algérien, et c’est la tenue des femmes Andalouses, arrivé en Algérie par les refugiés Andalous lors de leur déplacement au nord de l’Afrique après l’invasion de l’Andalousie par le roi Ferdinand.

Il est devenu la tenue citadine des femmes de Tunis, de Kairouan et de Constantine et tant d’autres villes.

Il est tisser à partir de la pure soie ou du coton, il est de couleur noir ou blanc ou jaunâtre, à l’origine sa couleur était plus foncé que clair.

« El 3’Jar (Ajar) » : Couverture triangulaire que porte la femme pour masquer la partie inferieure de son visage (nez, la bouche et le menton) et ne laisse apparaître du visage que les yeux de la femme.

On le porte avec le Hayek et il s’attache avec 2 bouts de fils ou élastiques derrière la tête, il s’est développé plus tard pour être orné de la dentelle et mêler beautés des yeux a la beauté des ornements et de la fine dentelle.

Ce Hayek a fais la gloire des « Fidayines » (Moudjahidines) à la casbah lors de la bataille d’Alger en 1957, d’ailleurs le réalisateur du film La Bataille d’Alger « Julio Pontecorvo » n’a pas laissé passé cette grande scène ou Yacef Saadi et Ali La Pointe ont portés ce fameux Hayek tout en faisant un accrochage dans les escaliers de la Casbah.

Le Hayek n’est pas un bout de tissu, c’est une grande pièce sociologique, patrimoniale du règne vestimentaire Algérien et Maghrébin.